Les grands projets inutiles et imposés

Au plan national plusieurs centaines de luttes sont engagées contre ces projets

Ces projets sont qualifiés de « grands » de par leur démesure, que ce soit en termes de coûts ou d’impacts sur les territoires ou simplement de l’imaginaire qui les sous-tend. Le qualificatif d’« inutile » pose immédiatement le débat sur la question des besoins des populations et donc sur la définition de l’intérêt général. Quant à l’adjectif « imposé », il a été ajouté pour signifier que les promoteurs de ces grands projets tentent souvent un passage en force sur les territoires sans véritable concertation locale. Ce dernier terme ajoute un questionnement sur le mode de fonctionnement de la démocratie qui est au cœur de ces contestations.

Ainsi aujourd’hui, partout des femmes et des hommes se réunissent et s’organisent pour s’opposer à une décharge, une ligne à grande vitesse, une autoroute, un parking, un supermarché. theconversation.com

Qu’en est-il de la déviation de L’Ile Bouchard

Le projet peut être qualifié « grand » au regard de sont coût, plus de 20 millions d’euros

Le projet est-il utile par rapport aux besoins de la population et donc de l’intérêt général. Quel sera le gain face au coût? Quels sont les besoins de la population?

ON peut dire qu’il est imposé, en effet, il repose sur une enquête publique qui date de 2012. Qui s’en souvient? En réalité pour le département promoteur du projet tentent il s’agit bien d’un passage en force sur le territoire sans véritable concertation locale.

Pour en savoir plus sur ces « grands projets inutiles et imposés on peut réécouter « La Terre au carré » du mardi 7 janvier.