Quand les plans se télescopent

Après le schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire (Straddet), issu de la loi Notre (Nouvelle organisation territoriale). Après le Schéma de cohérence territoriale (Scot), après le Plan local d’urbanisme intercommunal et d’habitation (Pluih), après le Plan climat air énergie territorial (Pcaet), ce devrait être le bonheur pour la démocratie. Ce n’est pas le cas,

Pour le Straddet voici un commentaire qui résume la situation.

Plus près de nous le Plui c’est « 2065 pages et un poids de 6,5 kilos en version papier hors registres et pièces graphiques, auquel il convient d’adjoindre un « Dossier Annexes » dématérialisé de 129 fichiers totalisant 2002 pages supplémentaires disponibles uniquement en version dématérialisée, le tout étant consultable sur le site de la CCTV, selon le rapport d’enquête final

Le Scot c’est encore plusieurs centaines de pages et » le faible intérêt du public pendant l’enquête témoigne, sinon du désintérêt de la population pour le sujet, mais pour le moins, de sa non opposition à celui-ci » coclue avec philosophie les enquêteurs,

Le Pcaet, quant à lui, il est dans le nimbes depuis le mois de mai.

Par dessus tout cela nous arrive un arrêté préfectoral qui se contente de reprendre en quelques lignes un projet basé sur une enquête publique de 2012. Soulignons qu’au passage l’arrêté supprime « élargissement du pont » qui était prévu en 2012 pour la mobilité douce.

Tout cela est fait dans le désordre sur le dos du citoyen. Et pour reprendre l’expression d’une contribution du Straddet « Comment ne pas dénoncer l’indigence coutumière de la publicité accordée aux enquêtes publiques (annonces légales à minima) dans une société où la communication des collectivités locales a souvent pris un embonpoint démesuré, distillant avec emphase leur gloire et leurs beautés? « . La fracture numérique qui éloigne 25% de la population de l’information et l’avalanche de sigles mettent hors de portée d’une majorité de citoyens tous ces plans qui sont souvent, en particulier dans le domaine du changement climatique des déclarations sans suite ni logique d’action,

 » IL EST GRAND TEMPS QUE NOS ROITELETS LOCAUX ARRÊTENT DE PRENDRE LES CITOYENS POUR DES BILLES !  » citation d’un participant au Straddet